« Plus vite, plus haut, plus fort »

Cette célèbre devise olympique nous invite à toujours donner le meilleur de soi-même et repousser ses propres limites. Et finalement c’est un peu ça qu’on aime tous dans le sport et qu’on recherche : se sentir capable d’en faire plus.

Repousser ses limites

Pour moi, repousser ses limites, c’est essayer d’en faire toujours un peu plus, mais c’est aussi réfléchir aux moyens et aux solutions qui me permettront d’arriver à en faire plus.

C’est cet esprit qui m’anime dans ma pratique sportive quotidienne : savoir jusqu’où je peux aller.

Pour répondre à cette question, je me fixe des objectifs, ou des petits challenges.

Quand je ne réussis pas ou que j’ai la sensation que je pourrais faire mieux je me pose toujours la question “qu’est-ce qui m’a manqué ?”

A l’inverse quand je me fixe un objectif et que je mets en place un plan pour l’atteindre, je réfléchis toujours à ce qui constituera, à mon avis, les points clés ou les séances types pour réussir à toucher mon but.

Par exemple, début juillet j’ai décidé de faire Paris-Deauville en vélo : 225km en une journée, une première pour moi. Je me suis lancé là-dessus sans vraiment y réfléchir alors que ma plus grosse sortie longue dans les semaines précédentes était de 140 km.

– la story de mon épopée vers Deauville –

Après 180 km, j’étais vraiment à la peine sur mon vélo et chaque nouveau kilomètre était plus dur que le précédent. Après coup, j’ai compris que forcément il y avait trop de différence entre 140 et 225 km et que m’avaient manqué une ou deux sorties longues pour mieux me préparer.

Ce défi m’a permis de progresser physiquement certes, mais surtout mentalement car c’est une expérience de plus qui me sera utile pour plus tard !

Mes défis à venir

Cet été, je me suis beaucoup entraîné, j’ai notamment accru mon volume de sortie vélo et mon volume de sport hebdomadaire plus généralement. J’ai deux gros challenges qui m’attendent dans cette saison de triathlon.

D’abord, samedi 26 août sur le Half Iron Man de Vichy qui sera mon premier triathlon longue distance.

En terme de temps, je considérerai comme correct de terminer en moins de 6h et comme vraiment bien si j’arrive à passer en moins de 5h30. A mon avis, la décision se fera surtout sur le vélo. Il est temps, après 5.000 km en 2017, de voir si je suis capable de tenir une grosse intensité sur 90 km. Le profil du parcours ne me rassure pas mais je donnerai mon maximum.

Enfin, ma saison triathlon prendra fin le 9 septembre sur l’Evergreen Endurance 118.

Un sacré morceau : 2km de natation, 95km de vélo avec 2100m de D+ et 21km de course avec 1400m de D+.

L’objectif c’est vraiment de finir. Je pense que si tout se passe bien, je devrais en avoir pour 8h30-9h d’effort. C’est notamment pour ça que je me suis imposé quelques grosses journées afin d’apprendre à tenir la distance. Il faudra aussi que je gère particulièrement bien la récupération pendant les deux semaines séparant ce tri et le 70.3 de Vichy.

Et vous, quels sont vos prochains défis ? La rentrée approche, c’est le moment de vous fixer un nouveau challenge !

– hé, salut –