Après les départementaux et les régionaux, j’ai terminé ma saison de cross sur les inter-régionaux dimanche à Cergy.

Sans surprise pas de qualif’ à la clé puisqu’il fallait atteindre la 44e place pour être sûr de passer sans espérer être repêché par le jeu des règles de qualifications par équipe. J’en étais bien loin avec ma 192e place, donc sans regret.

Cette dernière course a parfaitement conclu mon aventure cross de la saison, tous mes défauts sur la discipline ont à mon avis transparu.

Le jour J

On arrive en avance avec Flo et Fab, on en profite pour faire une reco tranquille du parcours qui était annoncé à plus de 10km mais qui en fait un peu moins en réalité.

Le premier point positif c’est qu’il fait beau. Un grand soleil pour courir c’est toujours plus agréable.

Le terrain est souple et n’est pas vraiment boueux pour sa majeure partie. Je suis presque convaincu à la moitié de la reco que partir avec mes All Terrain plutôt qu’avec mes pointes serait une bonne idée. Surtout qu’une séance sur piste avec les pointes 10 jours avant, m’a laissé les mollets dans un état compliqué.
On relève pas mal de passage sec et bien tassé et j’ai peur d’en remettre une couche à mes mollets.

C’est une fois qu’on a vu la dernière partie de la boucle qui comporte plusieurs passages bien boueux que je reviens à la raison. En regardant passer les juniors, on en a vu perdre une chaussure et un collègue derrière lui ramasser.

– elles auraient eu une belle gueule mes All Terrain avec toute cette boue –
Photo de Clivia

« Raison » est vraiment le mot important. Vu la course que j’ai vécue, ça aurait vraiment été une catastrophe de partir sans les pointes que j’ai rarement senties de trop sur ce cross.

 – chaud pour un masque de boue ? –

On revient au village de la course, et je pars m’échauffer.

Mon sentiment avant la course est surtout le manque d’envie, d’autant plus que je connais déjà avec certitude mes chances de qualification. Mais bon, je ne suis pas venu jusqu’à Cergy pour regarder les copains prendre un bain de boue alors je suis le mouvement et je me mets sur la ligne de départ.

 

– Je regarde par terre s’il n’y a pas un peu de motivation –
Photo Team Lenglen

Le parcours est en 4 boucles, une de 1km, une de 2km et deux de 3km pour schématiser. Chaque boucle termine par la même grosse montée qui a l’air de bien casser les jambes.

Le départ est en descente, il s’annonce donc explosif. La réalité a bien collé à l’attente.

Et c’est parti pour un tour ! enfin 4.

Je me fais rapidement doubler par beaucoup de monde. Je n’arrive pas du tout à partir fort. La première boucle est assez compliquée de ce point de vue.
Je commence à me sentir bien dans la course à partir de la moitié de la deuxième boucle. Je parviens à remonter 10 ou 15 places en tout à partir de là. Une goutte d’eau par rapport à tout ce que j’ai perdu sur les 200 premiers mètres, mais tant pis.

– Je me fais doubler par 20 gars –
Photo de Didi

– j’en double deux –
Photo de Rudy

Globalement, il n’y pas grand chose à dire sur ma course. J’arrive à ne pas me casser les chevilles quand le terrain est inégal, je pousse un peu en montée, j’arrive même à chiper quelques places, je déroule en descente, et j’essaie de ne pas perdre mes chaussures dans les grandes flaques de gadoue.

Après un départ sur lequel ne j’ai pas trouvé une motivation incroyable, plus la course avance et plus j’y prends goût. Je suis parti à reculons et je suis arrivé plutôt content d’avoir couru pour résumer.

Je termine par un gros sprint en descendant vers l’arrivée. Et c’est fini pour 2018 !

– La dernière descente –
Photos de Clivia 

Le bilan de la course et de la saison de cross

Je manque cruellement d’explosivité. J’ai été incapable de partir fort parce que je savais que je n’aurai pas tenu longtemps. Il faudra travailler ça si je veux faire mieux l’an prochain et sur les courtes distances en général.

Je savais que j’étais un coureur de bitume plat mais alors, ça a pris encore une autre dimension avec ces terrains boueux et ces côtes sévères. Je commence à me dire qu’un peu de trail m’aiderai à m’améliorer là-dessus. Non, ce n’est pas pour autant que vous me verrez m’aligner sur un 50km cet été. Step by step on a dit. 

– à la queue-leu-leu –

Il faut que j’arrive à me faire plus mal en course. J’ai du mal à sortir complètement de ma zone de confort pour mettre plus de rythme et aller chercher encore plus devant. Sur un exercice aussi asphyxiant que le cross, ça joue forcément.

Mon dernier point noir, c’est que je n’ai pas l’impression d’avoir progressé. Pire, j’ai presque la sensation d’avoir perdu du temps dans ma prépa pour Londres. On verra ce que ça donnera sur la durée.

Côté positif, y a pas grand chose à dire vu que je n’ai pas fait de perf’.

J’ai surtout envie de relever les supporters qui sont venus dans des coins perdus pour donner de la voie et ça donne des ailes, à défaut de donner des jambes, bientôt un upgrade ?

Cette saison de cross m’a bien plu et c’est clairement le principal. Je suis quand même content de retourner courir sur le goudron. Le semi de Paris approche !