Dimanche, pour ma dernière sortie longue avant le marathon de Berlin j’ai participé à la Run & Bike avec Graine de Sportive.

Le programme fixé : 11km de footing pour y aller, faire les 10km du parcours en 3’55 – 4’/km pour simplement faire de l’allure marathon pendant que Marie pédale.

Ce n’est pas tout à fait ce qu’il s’est passé.

Le footing

Départ de Bastille, en footing, je suis à la bourre donc je commence déjà à accélérer un petit peu. Ça commence bien, mais bon il faut bien faire monter un peu le cardio comme dirait l’autre. 

 

Globalement, c’est un footing sans difficulté majeure. Le premier objectif est atteint !

– vous sentez le mec qui se chauffe alors qu’il n’est pas encore passé à la partie « compte-rendu » du compte-rendu – 

J’arrive au village, bonjour les copains, bonjour le vélo, bonjour la gadoue. Je suis pressé de commencer la course. Je demande à tout le monde leurs objectifs, je pourrais en suivre un s’il veut faire la même chose que moi.

Je parle avec Aurélien et son binôme, qui me dit que son meilleur temps est 39’50, je lui dit de suivre parce que j’ai l’intention de boucler la course entre 39 et 40 minutes.

_am26814

– on soutien la candidature de Paris 2024 ! #TourEiffelAvecLesDoigts –

Le top départ approche, on va se mettre sur la ligne de départ avec Marie, je la presse un peu pour qu’on puisse se mettre devant et ne pas être trop gênés par les autres coureurs.

On nous présente les stars du jours, des athlètes français venus faire leur footing et Thomas Sotto.

ET HOP C’EST PARTI

1er km : bouclé en 3’59 (de mémoire). Je suis bien dans l’allure, pas de difficulté particulière si ce n’est de sortir du paquet au départ.

2e km: je crois que je suis toujours dans l’allure, je jette quelques coups d’œil vers Marie qui a l’air tranquille.

3e km : les choses se gâtent. Machinalement je commence à me mettre en mode compèt’ pour dépasser les binômes devant. Je regarde ma montre effectivement, je suis un peu rapide. Tant pis, je me calmerai plus tard.

4e km : Je me suis pas calmé. On croise Baba et Adri les jumeaux, je m’emballe un peu avec eux. On restera pas loin les uns des autres jusqu’au bout.

14409935_882935605174944_3125114659023192975_o– Les jumeaux. Le gars avec un t-shirt bigoût derrière, c’est moi –
photo : Deville photography

5e km : j’annonce 1min20 d’avance à Marie qui me dit « mais t’es fou » comme je me sens bien, je reste comme ça. Y a quelques faux plats qui me coupent un peu les pattes mais pépère la vie.

6e km : 1min35 d’avance sur l’allure. Je me dis que ça va se payer à la fin. Mais là tout de suite y a un binôme juste devant nous. On va les doubler.

7e km : y a un joli faux plat un peu long qui me met un peu dans le dur. Je me dis que je l’ai bien mérité. Ma binôme me rappelle avec insistance qu’il faudrait que je me calme.

14361375_882935781841593_1378380414457223055_o– on est frais –
photo : Deville photography

8e km : je paye un peu, mais je me dis qu’il ne reste que 2km donc je me fais pas de souci. Je regarde Marie « tout va bien ? » « Oui, moi je suis tranquille sur mon vélo « .

9e km : bon, il ne reste plus qu’un seul kilomètre, on va relancer. Marie a arrêté d’essayer de me calmer à partir de là. Je demande « on l’a vu Thomas Sotto ? », je voulais pas finir derrière lui. Je vois la ligne d’arrivée, c’est donc logiquement l’heure du traditionnel sprint final.

10e km : 37min 37sec.

Je me sens frais et je n’ai pas l’impression d’avoir tapé dans les réserves. Je suis plutôt euphorique.

14454717_10153710773796230_887695650_n

– la photo médaille où on voit pas les médailles –

Chouette temps mais pour l’objectif de 39~40 minutes, on repassera. (Vous avez bien lu.)

Conclusion : faire une sortie allure marathon sur une course officielle ce n’est pas forcément une bonne idée, mais j’ai bien kiffé. Et Marie, elle en a pensé quoi ? Réponse ici.