Tout le monde le sait, pour progresser en course à pied, il faut être régulier.

Qu’est-ce que ça va veut dire “régulier” ?

Le Larousse vous répondra qu’être régulier c’est être soumis à un rythme constant, égal.

Comprenez, qu’être régulier ce n’est pas courir tous les jours ou même 5 fois par semaine mais plutôt de s’entrainer chaque semaine avec la fréquence et en respectant un certain rythme.

Si le lundi vous choisissez de faire du fractio, faites-en tous les lundis. Pareil pour votre sortie longue, vos abdos et vos repos.

– il ne faut pas oublier les abdos, surtout quand on prépare un marathon –

Le voir pour le croire

Le souci, c’est que pour vous le démontrer, il faudrait que je m’arrête de m’entraîner pendant un temps certain et que je m’y remette. Sachez que ça n’arrivera pas. Ceci dit, effectivement j’arrive à jouer sur la régularité d’actions un peu plus précises pour retrouver une certaine progression. Ce semble assez compliqué à expliciter parfois.

Mais, en me baladant par une belle journée pluvieuse sur Strava, j’ai trouvé un super exemple : Marie.

– salut ! –

Si vous allez sur sa page athlète, vous trouverez ce magnifique graphique en tête :

Ce qu’on voit, c’est qu’à partir de la mi-décembre, Marie s’est remise à courir toutes les semaines. Certainement motivée par l’envie de faire un marathon. On remarque aussi que le volume est, en plus d’être suffisant, constant.

Ce qui n’est pas tout à fait le cas dans la période de mai à décembre, grosso modo, où il y a des trous, des pics, et beaucoup de semaines avec une seule sortie.

Sans surprise

Comme par hasard, c’est sur cette période de mai à décembre, que Marie a couru certaines courses sur lesquelles elle a posé un chrono qui correspondait à son niveau de l’année d’avant, ce qui l’a souvent un peu déçue.

Elle fait un petit RP au 10km Paris Centre avec 45’28”

Et à Houilles, elle en bave, comme moi, pour un moins bon chrono.

Avec la prépa marathon, elle a trouvé une grosse motivation pour monter en régularité, malgré un emploi du temps chargé, elle a décidé qu’elle trouverait le temps.

Elle court 4 fois par semaine, avec deux fractios et une sortie longue, un peu de renfo le matin. Bref elle est plus sérieuse et ça marche !


Sa première course en 2018 aura été le semi de Paris. Elle visait 1h38-39, selon la confiance du jour l’objectif variait, parce que son plan marathon lui avait dit qu’il fallait cette référence sur semi.

J’avais pronostiqué 1h37. A sa surprise générale, elle passait la ligne d’arrivée en 1h36’41”. Un gros RP et un super temps de bon augure pour le marathon de Londres.

Au-delà de cette course, elle se rend compte sur ses entraînements que sa forme et son niveau sont bien au-delà de ce qu’elle croit.

Son dernier en date, un 3×3000 qu’elle devait courir à allure semi-marathon, soit 4’33/km, elle l’a fait en 4’20. Pourquoi ? Parce que.
Elle ne veut pas le croire, mais son meilleur temps du 10km est bien loin de ça et elle a réussi à passer un nouveau palier.

Moralié : Joue la comme Marie.

Rationalise ton entraînement, fais toi un plan, organise toi pour le suivre, et suis-le sur la durée !

PS : Bravo Marie, tu me rends fier, ça va le faire à Londres.