Dans les articles précédents, je vous ai annoncé un programme d’entrainement assez lourd et plusieurs courses que j’avais dans le viseur.
Dans les faits, ça veut dire que j’enchaîne beaucoup de séances. Il n’y a qu’à regarder mon Strava, dans lequel j’essaie d’enregistrer toutes mes séances. Ça vous permet de me suivre, mais ça me permet aussi de me suivre moi-même.

 – sans strava, je serais perdu dans mes calculs –

D’ailleurs c’est un peu à cause de Strava que je vous écris cet article.

Dimanche, comme promis, j’ai couru les 10km du Bois de Boulogne.

– photo Kevin Sabah

Sans semaine de repos préalable, et notamment avec 110km de vélo la veille, je n’avais pas de doute sur le fait que je ne ferai pas de RP. J’ai quand même réussi à boucler la course en 35 minutes tout pile. Honorable. J’étais assez content de mon état de forme.

Le lundi, je n’ai pas changé ma nouvelle routine d’entrainement. J’ai donc fait un petit footing de décrassage tôt le matin, et un fractio en fin de journée.

Ce qui m’a valu un commentaire par celui qui est désormais célèbre pour apostropher les bloggers, Sébastien.

Ahaha et La recup ?

Et oui, alors la récup’ ?! C’est important.

Quand on élabore son plan d’entrainement, c’est une question qu’il faut bien prendre en compte.

Quand ? Comment ? 

Quand ?

Je cours 6 fois par semaine sur 5 jours afin de conserver deux jours sans course à pied. Et devinez quoi ? Ca ne tombe pas le lundi.

Mais la récupération nécessite parfois d’interrompre sa routine pour se donner un peu de répit, d’où la remarque de Seb. Il est donc important de savoir quand il est nécessaire de faire une petite pause pour permettre à son corps de se remettre de ses efforts.

Je ne pourrais pas vous donner d’astuces particulières, c’est très personnel. A force de courir on connait de mieux en mieux son corps et on connait les sensations qui indiquent qu’une pause serait la bienvenue.

– le but, c’est de m’arrêter avant que la flamme ne s’éteigne –

J’aime en faire beaucoup et multiplier les séances d’entrainement ce qui me donne une certaine endurance.  Cela me permet également d’améliorer ma perception de ma forme physique.

Je sais mieux écouter mes jambes et mon corps. Et je n’hésite pas à arrêter une séance dont j’ai l’impression qu’elle ne pourra pas bien se dérouler.

Comment ?

Par ailleurs, faire du renfo, nager et pédaler me permettent d’améliorer ma récupération en complétant mon entrainement physique, c’est le cross training.

J’essaie également d’utiliser de plus en plus mon foam roller et de faire des automassages pour me soulager les jambes. Je suis bien conscient aussi que je devrais recommencer à m’étirer.

– je préfère les massages pas auto, heureusement que Marie se sacrifie de temps en temps pour me masser. Ca m’aide beaucoup dans la récup’ –

 

Le fractio le lendemain de Boulogne ?

Pour prendre exemple sur ce fameux 10x400m de lundi, le lendemain d’un 10km à fond.

Une fois la ligne d’arrivée passée, je me suis jeté au stand massage pour débuter tout de suite la récupération.

Le lendemain, je n’ai pas manqué de faire mon run matinal habituel du lundi et j’avais de bonnes sensations. Je savais que je pourrais faire un fractio en fin de journée.

Sur le fractio en lui-même, pour être efficace et pour ne pas simplement essayer de courir malgré une éventuelle absence de forme, j’ai un truc très simple que j’utilise souvent quand je sens ou sais que je peux être à la limite : je me fixe un temps à ne pas dépasser.

Si je constate que je fais mon 400m, ou autre, au-dessus du temps fixé alors que j’étais à fond, je m’arrête. Je sais que je n’ai pas la forme nécessaire pour faire une séance correcte.

Je me suis appliqué cette règle lundi et j’étais assez content de mes temps alors je suis allé jusqu’au bout de la séance.

– Content –