Je cours régulièrement depuis environ 6 ans.

C’est suffisant pour se poser des questions existentielles. Souvent je me demande “mais pourquoi je m’inflige ça ?”, ce qui aboutit toujours à apporter de l’eau au moulin de ce petit diable posé sur mon épaule qui me dit “arrête-toi là mon gars et va te prendre un bucket chez KFC“.

Comme internet est le lieu où les singularités s’effacent dans la masse, je suis un peu près sûr que vous vous reconnaîtrez un peu là dedans.

Tu devrais arrêter de courir parce que :
1. C’est une atteinte à ton intégrité physique

On va être honnête, les runs pendant lesquels tu n’as senti aucune partie de ton corps s’endolorir ou simplement te titiller se comptent sur les doigts d’une main. Et encore, pas sûr que t’aies 0 doigt.

2. C’est une atteinte à ton intégrité médicale

C’est la résultante directe du point précédent. Courir est un sport violent que ton corps subit et qui est souvent la porte d’entrée vers un syndrome chelou dont tu ne soupçonnais pas l’existence avant.

Rares sont ceux qui n’ont pas ressenti les effets diabolique d’une périostite, d’un TFL, ou d’une aponévrose (et j’en passe).

3. C’est une atteinte à ton intégrité mentale

En tout cas, 70% de la population semble le penser. “Mais tu vas courir alors qu’il pleut ?” Combien de fois as-tu répondu à cette question par un oui enhardi sans te rendre compte que ce que tu croyais être de l’admiration était simplement une incompréhension totale de ton interlocuteur qui s’est forgé une idée de plus en plus précise de ta santé mentale au fil de vos discussions.

4. C’est une atteinte à ton intégrité odorante

Franchement tu pues quand tu cours. Et non, le demi-litre de déo que tu pourrais mettre n’y fera rien.

5. C’est une atteinte à ton intégrité environnementale

Tu as une armoire dédiée à tes vêtements de sport désormais et ton volume de lessive s’est accru en conséquence. Tu ne comptes pas non plus les douches supplémentaires induites. Ta consommation d’eau te félicite

– une paire de chaussette, 12 lessives nécessaires – 

6. C’est une atteinte à l’intégrité de ta logique

“Si je cours, je devrais progresser en course à pied”. C’est bête et logique, ça te suffisait. Mais un jour on t’a parlé du cross-training. Depuis tu comprends que si tu veux progresser en running, il faut faire des gammes, faire du renfo, aller à la piscine, faire du vélo… Courir ne suffit pas et t’avais pas signé pour ça.

7. C’est une atteinte à l’intégrité de ton mode de vie

La séance de ciné à 20h30 ? Non, y a fractio.

Un petit apéro à 18h30 ? Non, t’as 1h à faire.

La grasse mat’ du week-end ? Coucou, la sortie longue !

8. C’est une atteinte à l’intégrité de ton régime alimentaire

Au début t’étais heureux. Tu commençais à courir et c’était vraiment une chouette excuse pour reprendre des frites chez Flunch et tu te marrais quand tu regardais quelqu’un commander une salade. Mais soudainement, la logique s’est retournée contre toi. Tu ne cours plus pour manger mais tu manges pour courir. Du coup tes frites sont devenues du riz et tu commandes des salades.

Une publication partagée par Yohan (@ichocogeek) le

– remember mon mois sans sucre

9. C’est une atteinte à l’intégrité de ton esprit de compétition

On a tous eu ce petit moment dans notre vie de coureur où on a commencé à se sentir un peu chaud. Puis on a découvert qu’en fait des comme nous y en a un bon million et des meilleurs, y en a le double.

10. C’est une atteinte à l’intégrité de ton ego

Tu t’étais fixé un objectif, tu t’es dis 150 fois que ça passerait. T’as fait tout ce qu’il fallait pour que ça passe. La réalité t’a rattrapé à 3′ au kil et c’est pas passé. Tu n’as plus qu’à retourner t’entraîner.

 

Mais tu n’arrêteras pas !

Parce qu’il arrive de temps en temps ce moment parfait où tu cours seul sur une chemin ou une route, ou parmi la masse dans une course. Tes cheveux prennent le vent, pendant que le soleil te caresse délicatement le visage. Le fond sonore n’existe plus et tu ne fais plus qu’un avec toi-même. Tes jambes ne te font pas mal et ton palpitant ne déconne pas. Tu n’es plus tout à fait certain de savoir si tu cours ou si tu voles. Tu es simplement heureux et ça valait le coup de sacrifier un peu de ton intégrité pour ça.

– photo Eliaqueem